Le déroulé de la consultation est le même que pour un patient lambda. Seulement, une attention particulière sera accordée à la pratique de l’activité sportive ou musicale et à son histoire dans la vie du patient.

Les sportifs ou musiciens, amateurs ou de haut niveau, sollicitent grandement leur corps. Ce dernier va devoir, au fur et à mesure de la pratique, se transformer et s’adapter sous peine de se déséquilibrer.

La prise en charge ostéopathique présente un réel intérêt, chez ces patients, pour éviter ou limiter les pertes de performances et les désagréments liés à une pratique régulière. Ce suivi est d’autant plus important chez les pratiquants de haut niveau qui repoussent au plus loin leurs limites.

Pour que cette prise en charge soit complète et personnalisée, l’ostéopathe doit prendre en compte plusieurs facteurs :

L’histoire de vie : les antécédents traumatiques ou médicaux (fractures, entorses, opérations, maladies,…)  peuvent fragiliser le corps et altérer le processus d’auto-guérison.

Le mode de vie et la façon de pratiquer : Ils doivent être en accord avec les capacités et les objectifs de chaque pratiquant (loisirs, bien-être, compétitions,…). Si des faiblesses sont constatées, l’ostéopathe conseillera son patient pour qu’il puisse trouver un équilibre dans sa pratique.

L’hygiène de vie (hydratation, alimentation, sommeil, travail, état de santé,…)

La façon de pratiquer (fréquence et intensité des entrainements, matériel utilisé, échauffements, étirements, temps de repos,…)

Les facteurs liés à la pratique proprement dite : les gestes répétitifs, la sur-sollicitation et les postures forcées peuvent être source de microtraumatismes et de tensions. Ils sont souvent négligés et sous-estimés, car faisant parti intégrante de la pratique. Or ils peuvent, à la longue, marquer le corps et le déséquilibrer. Il est donc important, pour l’ostéopathe, de bien connaître le type d’activité pratiquée pour comprendre les contraintes qui s’exerce sur le corps de son patient (un violoniste, un rugbyman ou un golfeur n’exposent pas leur corps aux mêmes contraintes).

La prise en charge de ces patients demande des connaissances particulières en matières médicales et ostéopathiques.  Une réorientation vers d’autres professionnels de santé (médecin du sport, kinésithérapeute, podologue, orthopédiste, …) pourra être demandée pour un travail complémentaire.


Quand consulter ?


A titre préventif

Au début d’une nouvelle activité : le manque de technique, la crispation et la nouveauté de l’effort ont tendance créer des tensions importantes et des mauvaises attitudes qu’il faut rapidement enrayer.

Pour faire le point sur la pratique, pour maintenir un bon état de forme et de bonnes sensations.

Pour préparer aux évènements importants (compétitions, concerts, examens, …)

La fréquence du suivi ostéopathique dépend de l’âge du patient et de l’intensité de la pratique. Il est conseillé, pour un adulte, pratiquant régulier, de faire un bilan au moins 2 fois par an, en début et en fin de saison par exemple. Le suivi sera plus régulier chez les jeunes, l’association entre ces activités et la croissance étant à surveiller de très près.

A titre curatif

Pour améliorer les performances : en travaillant sur la détente et la concentration, sur la respiration, la posture et la gestuelle, la récupération après l’exercice,…

Dans le cadre de douleurs musculaires, tendineuses, articulaires, nerveuses et plus généralement pour des tensions qui limitent la pratique.

Après un traumatisme (chute, choc,…), un faux mouvement, une blessure (entorse, déchirure, fracture,…), une opération ou une maladie. Pour favoriser le rétablissement et la reprise de l’activité, et pour limiter l’apparition de problématiques liées à ces événements.

Cette liste n’est pas exhaustive. Ces patients peuvent également souffrir de troubles indépendants d‘une pratique sportive ou musicale, comme n’importe quel patient.